Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Carnets de Steiner Le blog d'un artiste peintre qui ne sait pas où il va, mais qui y va quand même. Mes humeurs, mon travail en cours, mais également des informations sur la technique et le processus créatif.

Vernissage (au sens propre)

Narcisse Steiner

Parce que pour le sens figuré, j'ai encore le temps.

La plupart des articles "techniques" de ce blog on pour but de donner quelques pistes aux peintres échoués par ici, errants à la recherche d'une indication sur les produits et leurs applications. Comme bien souvent, et à moins de décortiquer les forums, les infos manquent (heureusement que la bible Dotapea existe).

N'oubliez pas que ces techniques sont données à titre indicatif et qu'elles ne garantissent en rien la tenue dans le temps de vos oeuvres ni le résultat recherché.

 

Alors voilà, aujourd'hui, la petite astuce vernissage.

 

Vernir une peinture n'est pas une obligation, mais généralement, on trouve au moins deux bonnes raisons de le faire: la protection de la surface peinte et l'unification des brillances et embus (l'embu est une zone matte dans un ensemble brillant, récurrent dans la peinture à l'huile).

 

Concernant la protection du tableau: oui et non. Dans le cas d'une peinture à l'huile, non seulement le vernissage est une affaire sérieuse, mais également un jeu de patience. En effet, le vernissage d'une toile peinte à l'huile, avec ou sans siccatifs, ne s'effectue qu'au bout de plusieurs mois pour les peintures en couches fines, voire un an pour les couches plus épaisses, et encore, c'est un minimum.

Le choix du vernis est déterminant, en dehors de la finition choisie (matte, satinée ou brillante). On évitera les vernis à retoucher, qui on tendance à réactiver la couche de peinture (ce qui permet, comme son nom l'indiqu, de reprendre une toile sèche au toucher). Les vernis définitifs, eux, présente le défaut de ne pas pouvoir être retiré si l'application a eu lieux trop tôt. La raison est simple: le vernis contient de puissant solvants pouvant fusionner avec la couche de peinture, rendant impossible une restauration ultérieure.

Je ne m'avancerais pas sur le différents types de vernis, ne disposant pas du recul ni des connaissances nécessaires en ce domaine. Pour plus de détails, je vous invite à consulter l'article consacré aux vernis sur le site Dotapea.

 

Dans le cas qui m'intéresse présentement, je m'attarderais plutôt sur le vernissage des peintures acryliques.

Il me semble que le vernissage d'une acrylique est bien moins périlleuse que le vernissage d'une huile, et ceux pour de multiples raisons. L'intervalle entre l'exécution de la peinture à proprement parler et de son vernissage étant extrêment court, on évite l'écueil du vernissage prématuré. Même pour une peinture empâtée, le vernissage peut s'effectuer dans les jours qui suivent. Pour ma part, j'attends un ou deux jours.

 

Autre avantage non négligeable, et c'est sur ce point que j'insisterais, la polyvalence des produits utilisables. L'acrylique étant, pour résumer grossièrement, rien d'autre qu'un plastique liquide, sa composition lui permet de supporter bien des types de vernis. On évitera évidemment le trichloréthylène et les produits à base d'acétone...

Cela implique que, si une peinture à l'huile doit obligatoirement vernie avec des produits spécifiques à ce médium, l'acrylique supportera aussi bien les vernis à l'eau que ses versions grasses réservées à l'huile.

 

En général, une peinture acrylique n'a même pas besoin d'être vernie, pour le peu qu'on utilise des gammes proches au niveau du rendu. Généralement, l'acrylique présente un beau satiné une fois sèche et ne connaît pas les embus, du moins sans ajout excessif de médium ou autre matières de charge.

Ma peinture actuelle, en revanche, y est sujette de part l'utilisation aléatoire que je fais de liant acrylique pur (brillant au séchage) et de poudre de marbre, au pouvoir matifiant. Le vernissage de ma série "HAL" est représentatif du rôle du double vernis dans la mesure ou je recherche protection (les fond blancs doivent le rester, malgré les doigts sales égarés sur la toile) et d'unification.

 

Alors, quels produits?

Nous y voilà. Je cherchais un produit facile à utiliser, solide, sans chimie lourde, bref, un truc qu'on a tous quand on peint un peu à l'acrylique. J'ai choisi d'utiliser le liant acrylique pur, généralement utilisé pour allonger la peinture sans l'appauvrir, comme c'est le cas à l'eau.

Mais voilà, le liant pur, c'est brillant. Personnellement, c'est l'effet que je recherche actuellement, donc aucun soucis. En fait, même pour les peintres qui cherchent un rendu final mat, c'est une base. En effet, j'ai découvert, et cela m'a été confirmé par plusieurs sources expérimentées, que la matification d'un tableau offre de bien meilleurs résultats si elle est appliqué sur une base brillante (donc déjà unifiée). J'ai constaté également que le vernis brillant (maison ou industriel) est bien plus efficace que le vernis mat. C'est la technique du double vernissage.

 

Le liant acrylique, donc. Commerce oblige, de nombreux fabricants de peinture et des adjuvants qui vont avec inondent le marché de médiums pour ceci, de médiums pour cela,alors qu'au fond il s'agit toujours de liant acrylique standard, à peine modifié. Certain permettent de modifier la consistance de la peinture et sa brillance. Ceux là feront tout à fait office de vernis, même mat. Evitez simplement les médiums permettant l'empâtement, la moindre trace de poil de pinceau resterait marquée.

 

http://boutique.dalbe.fr/images/435001300T.jpg

 

 

Alternative très intéressante mais sensiblement plus coûteuse, le liant vinylique, (ou Caparol, du nom du principal fabricant).

Le liant vinylique présente l'immense avantage de "sécher à plat", c'est à dire qu'il ne garde presque aucune épaisseur ou trace d'outil. Il est quasiment auto-lissant. Il reste élastique après séchage, comme le liant acrylique. Il est brillant également.

 

http://www.artegra.be/images/prod/Liant%20Caparol%201L.jpg

 

Vous pouvez, en desespoir de cause, utiliser la colle blanche (ou colle PVA), qui sont également des produits à base de vinyl.Vous remarquerez que ces liants et colles sont très blanc à l'application. Pas de craintes, ils deviennent totalement transparents au séchage.

 

Dans tout les cas où vous utilisez le liant comme vernis, n'hésitez pas à être généreux sur l'épaisseur. Rien ne vous empêche de repeindre par dessus par la suite; d'ailleurs, j'aime beaucoup le "glissant" procuré par le fait de peindre sur une couche de liant sec). Passez deux couches croisées.

 

Et les vrais vernis?

 

Ne nions pas non plus les avantages du vrai vernis dans le cas de l'acrylique. Plus simple à utiliser que celui pour l'huile (la plupart sont diluables à l'eau), il existe en deux conditionnement: le flacon et la bombe.

 

Le vernis liquide est délicat à utiliser malgré tout: il faut l'appliquer avec un pinceau réservé à cet usage. J'utilise un spalter de marque Manet en nylon. Les poils sont fins et ne laisse pas de trace. Évitez à tout prix les soies de porc, trop grossière pour cette opération! Le choix de l'outil est déterminant, et sa qualité n'est pas à négliger. Rien de pire qu'un pinceau bas de gamme qui perd es poils dans le vernis...

 

http://www.laverdure.fr/uploads/100%20AQ%20150MM%20DSCF1176.jpg

 

La brillance du vernis est déterminée par sa dilution et par son épaisseur. Toujours en poser deux couches croisées, et surtout, surtout, attendre le séchage complet de la première couche avant de passer la seconde.

 

http://pinceaudor.com/img/p/1563-1550-large.jpg

 

Le vernis en bombe est une solution simple et pratique si on reste prudent. Premier problème: ça tabasse dur niveau odeur. Second problème: les sprays sont peu précis et nécessite d'avoir un geste constant lors de l'application. Le vernis étant chargé en solvant, il y a toujours risque de réactivation des couches de peinture, même acrylique. Catastrophe assurée si vous faites une "flaque"...

Ma solution: je vernis à plat, en extérieur. La toile est posée par terre et je bombe à bonne distance. Non seulement j'obtiens un film homogène, mais en plus j'évite les coulures désastreuse si jamais j'ai eu la main lourde. Dans tout les as, mieux vaut prendre son mal en patience et repasser un coup de spray jusqu'à obtention de l'effet désiré, une fois la première sèche, bien évidemment.

 

http://www.creastore.com/images/Vernis_acrylique_mat2.jpg

 

Le séchage complet du vernis doit s'effectuer dans un lieu sec et tempéré, et surtout exempt de poussière.

 

Voilà, pour l'instant je me contente du vernis maison au liant acrylique, j'espère que ça en aidera certains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Peintre Hugop 12/11/2015 10:38

Intéressant, surtout sur le choix du pinceau, auquel on n’attache pas forcément d’importance.

D’autres infos, dans un article que j’ai fait, sur le vernissage des tableaux acrylique :
http://blog.peinturelibre.com/vernir-un-tableau-acrylique/

Sophie 04/12/2014 09:31

Bonjour, et merci pour ces conseils de vernissage! J'ai utilisé sur certaines parties d'une toile un medium vernis brillant mélangé à ma peinture pour augmenter la brillance et la profondeur de ces parties-là. Ma toile est terminée et je voudrais vernir le tout, ce que je peux faire avec mon produit medium vernis brillant, mais j'aimerais conserver les parties mattes. Vous dites "la matification d'un tableau offre de bien meilleurs résultats si elle est appliqué sur une base brillante". Comment fait-on cela? Puis-je vernir toute ma toile avec mon produit brillant et ensuite matifier certaines parties? Merci de votre aide!

Noon 06/05/2010 21:04


Oui, c'est pour ma carte :-)
En plus, il n'y a pas que de l'acrylique, mais aussi de l'aquarelle par endroit, et même du crayon de couleur si je me souviens bien (j'ai pas mal bidouillé).
Le papier est pas mal gondolé car va savoir pourquoi, je ne l'ai pas tendu sur une planche au préalable, alors que je le fais systématiquement pour une aquarelle ?!

Il y a quelques temps, j'avais acheté du vernis pour aquarelle, j'avais essayé, je n'avais pas trouvé que ça vernissait ... au contraire, ça faisait des zones plus ou moins mates, résultat très
moche, pire que si j'avais pas verni.

Je crois que je vais laisser en l'état, c'est plus sûr ;-)


Noon 06/05/2010 18:41


J'ai une question un peu à la marge : mon seul et unique usage de l'acrylique a été, pour le moment, sur du papier. Question brillance, j'ai obtenu un résultat mitigé, avec des zones satinées et
d'autres mats. J'imagine que le degré d'absorption du papier a du jouer, ainsi que les dilutions relatives des couleurs (pour les finitions, j'ai travaillé soit en peinture pur, soit en glacis donc
très dilué).
Donc ma question est : peut-on vernir lorsqu'on a peint sur papier ?
(tu me diras, j'ai qu'à essayer, mais bon, j'ai pas envie de fusiller mon boulot non plus).


Narcisse Steiner 06/05/2010 19:25



Si je comprend bien, le vernissage, dans ton cas, aurait un rôle unifiant plus que protecteur?


Perso, j'éviterais de vernir du papier, le support est trop souple, j'aurais pu de casser le vernis à moyen ou long terme. En revanche, si tu fixe ton oeuvre sur un support rigide (ne serait-ce
du carton gris épais) je pense que c'est envisageable.


Dans tout les cas, mieux vaut utiliser un vernis en bombe.


Il existe des vernis pour gouaches et aquarelles, fixatif serait peut être un meilleur terme. Il est possible que ce vernis soit plus souple que le vernis classique, mais je ne connais pas son
pouvoir unifiant.


C'est pour ta carte j'imagine?