Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Carnets de Steiner Le blog d'un artiste peintre qui ne sait pas où il va, mais qui y va quand même. Mes humeurs, mon travail en cours, mais également des informations sur la technique et le processus créatif.

Un peu de pragmatisme

Narcisse Steiner
A l'école primaire, une des institutrices répétait souvent qu'un bon ouvrier a de bons outils. Maxime pleine de bon sens s'il en est, on ne m'en voudra pas de dire que les bons outils ne font pas nécessairement les bons ouvriers.
Autant par choix que faute de moyens, j'ai rarement investi des fortunes dans mon matériel de peinture, du moins pas en terme de qualité. J'ai toujours privilégié le matériel bon marché (sans pour autant tomber dans de la camelotte) parce que ce que j'économise en qualité, je le gagne en quantité. Tout simplement parce que je préfère, logiquement, dépenser 30€ dans cinq tubes de peinture étude que dans deux de gamme supérieure. Idem pour les pinceaux et les supports: vu le soin que j'en ai, je ne vais pas me ruiner et ruiner du même coup le set de martre rouge.

En fait, je suis convaincu que bosser avec du matos de moindre qualité me force à l'exploiter à fond, d'une part parce que je n'aurais pas le sentiment de gaspiller, d'autre part parce que ça me force à me servir de ce qui me paraissait etre un défaut pour en faire une qualité, sinon une caractéristique intéressante. Une peinture qui craquèle? Désastreux quand on le sait pas, foutrement interessant quand on ne veut pas acheter en plus un onéreux medium qui aurait le même pouvoir.

Finalement, on est pas loin de la notion d'accident que j'explorais dans un précédent article. Travailer avec un matériel médiocre, c'est la porte ouverte au hasard, et donc à l'unicité.
Bref, tout ça pour dire que le matériel médiocre m'oblige à sortir le meilleur de moi même et à ne pas me reposer sur une soi-disante qualité.

En parlant de matos, voici la liste de fournitures que j'utilise courament pour mes trips abstaits.

En ce qui concerne la peinture à proprement parler, j'essaye de ne pas rester bloqué sur une gamme ou une marque en partiulier. Dans le travail qui m'interesse, j'alterne peinture fluide et épaisses. Il va de soi qu'il s'agit de peinture acrylique, l'huile se prêtant mal au travail en épaisseur (pour le temps de séchage surtout)

Peinture épaisse: j'ai découvert la gamme System 3D de Daler-Rowney. Je la prend en tubes de 225ml, son prix est aborable car on reste dans une qualité étude. Elle concerne le moindre coup de pinceau et se rétracte très peu au séchage.

http://www.boesner.fr/images/collection/1227143241_.jpg

Peinture fluide: la gamme BASICS de Liquitex, dans sa version fluide (BASICS Matt) (tubes un peu plus petits) m'a agréablement surpris. Presque liquide, elle n'en reste pas moins très couvrante. Son usage est très polyvalent et se prête bien, par exemple, au travail d'illustration ou tout autre ouvrage qui nécessite des applats propres, mats et unis. A noter que le tube est un tout petit peu plus cher que la BASICS classique.

http://image.misterart.com/grouppix/528x352/7000/g7793.jpg



Peinture de consistance moyenne: Encore une fois, la BASICS répond à mes attentes. Excellent rapport qualité-prix, la gamme propose une gamme de couleur importante. Autre avantage non négligeable, c'est une référence des plus faciles à trouver dans le commerce. Onctueuse, elle se lisse dans une certaine mesure au séchae, ce qui permet des applats propres.
J'utilise également énormément la gamme Prismo² de Dalbe, marque-enseigne proposant un large choix en ce qu iconcerne toutes les fournitures de beaux-arts en général. C'est l'une des gammes les moins chères du marché et pourtant sa qualité ne cesse de s'améliorer. Disponible en différents conditionnements (des tubes aux bidons d'un litre), sa consistance onctueuse permet de nombreux effets.

http://www.plazaart.com/images/2627/Basics_Tube_gp.jpghttp://www.boulevarts.com/beaux_arts/images/00407c.jpg

J'utilise également de la peinture acrylique en bombe. La marque la plus connue et la plus facilement trouvable reste Marabu. J'ai trois versions de cette peinture, et à vrai dire, à part le conditionnement, je n'ai pas trop compris où se situait la différence, sinon dans la contenance. Le soucis de ces aérosols, c'est évidemment le prix, assez élevé, et la quasi-impossibilité de les utiliser en intérieur. De plus, il est difficile d'être précis, mais je n'ai pas encore les moyens (ni le soin) de passer à l'aérographe. En revanche, ces sprays sont extrêmement couvrants et permettent des effets impossible à retranscrire au pinceau.

http://www.paintsprays.co.uk/catalog/images/marabu-do-it-colour-spray.gif

Je possède également quelques gels et médiums d'effets pour acrylique. La gamme la plus vaste est encore une fois Liquitex. Je conseille le "Pouring Medium", ou medium de lissage, qui donne un fini lisse et brillant selon la proportion ajoutée à a peinture. Il permet les couches épaisses, qui seront plus flexibles et donc plus solides dans le temps.
Dans le même genre, il me reste un fond de tube de "gel brillant épais", de la même marque, permet à la peinture de garder son épaisseur sans pour autant conserver le coup de pinceau. Il me sert parois de vernis épais ou de médium à glacis.

http://www.rexart.com/media/liquitex_mediums.gif

En matériel annexe, j'ai toujours un bocal de sable propre, la base pour les effets de matière. J'utilise également de la poudre de marbre, ce qui permet de densifier consiérablement la peinture sans perdre trop l'éclat de ala couleur. Prudence tout de même, en trop grande quantité la poudre de marbre peut assécher la peinture et la faire craqueler au séchage. Je prend garde d'ajouter à mon mélange une petite quantité de médium acrylique pour conserver une certaine élasticité.
De temps en temps, j'utilise de la cendre. Oui, de la cendre de clope, j'en ai plein les cendriers. Contrairement à ce qu'o pourrait penser, ça ne sent rien, l'odeur typique du cendrier provient des mégot, pas de la cendre. L'ajout de cendre dans la peinture offre un aspect légèrement grénu, épaississant. Il désature légèrement la teinte. En fait, je l'utilise plus pour le symbole que pour l'effet.

Pour ce qui est du matriel "durable", j'entend par là pinceaux et couteaux, rien de vraiment exceptionnel. J'utilise presque exclusivement des pinceaux de bricolage, bien moins onereux que leurs équivalents beaux-arts. ON les appelle souvent "queue de morue".  Je les achète souvent par lots.

http://mpprey.com/media/images/Pinceau%20manche%20bois%20serie%20210B.jpg

Je possède également quelques couteaux. Un assortiment classique, et un autre de marque, encore une fois, Liquitex. Leurs formes sont très sympa, l'ensemble de très bonne qualité à un prix franchement abordable (environs 5€ la pièce, quelque soit la taille).

http://www.artcenter.fr/images/couteauliquitex.bmp


J'ai déjà abordé la question du support, en l'occurence des plaques de HDF apprêtée. Pas la peine d'y revenir, je vous invite à consulter cette page.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

stoni 26/03/2010 17:34


hé je rigolais pour ma cendre, tu rigoles, comme ce serait pédant si j'avais été sérieux.

putain, trois ans !!! c'est le temps que j'ai dû mettre pour avoir un fonds de vinyles intéressant - d'ailleurs j'ai arrêté les vinyles, après avoir effectué mon premier déménagement à 5000 km de
distance entre le point A et le point B : que j'ai regretté d'avoir autant de disques... bon je viens de récidiver en trouvant un "the stalin", mais c'est vraiment exceptionnel.

ton histoire d'équipement et de financement me fait penser au dernier film de Kitano (mais non c'est pas pédant d'écrire "le dernier film de kitano") qui parle d'un peintre sans trop de succès et
pauvre. à un moment le type doit aller taper du fric à sa fille qui se prostitue et sa fille lui balance : "t'as pas honte ? aller demander de l'argent à ta fille prostituée ?" alors qu'il y a le
client qui attend derrière. et le peintre répond "c'est pour acheter de la peinture". je trouve ça vachement marrrant.
eh oué il est bien ce film.


stoni 23/03/2010 09:59


Si tu veux de la cendre supplémentaire, je peux t'en envoyer. En plus c'est de la cendre de qualité : cendre consummée par un écrivain marxiste-léniniste !!!

Sérieusement, ça a l'air de couter cher, tout ça. Je suis bien soulagé d'écrire, c'est plus économique !


Narcisse Steiner 25/03/2010 21:34


Ca devrait aller, j'ai ce qu'il faut à la maison (on est deux à fumer). Et puis je ne vais pas renrer dans un délire intellectualisant au possible et verser dans le conceptuel, surtout avec e la
cendre de coco, on va finir par se rendre compte que je suis de gauche :P

Et oui en effet, c'est pas donné, mais faut acheter selon ses moyens et surtout selon ses besoins. Toute ma panoplie s'est consituée sur trois ans, y'a ds choses durables, des trucs qu'on oublie au
fond d'un tiroir et oublié, parce qu'on a acheté ça sur un coup de tête et que sur le moment, bof. C'est toujours une agréable surprise.
Pour ça, je reconnais que l'écriture est nettement plus rentable, puisqu'à part son ordinateur multi-fonction (que serions-nous sans ces bocaux dans les sphincters?), et pour peu qu'on soit
vendu/publié, c'est vite amorti.