Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Carnets de Steiner Le blog d'un artiste peintre qui ne sait pas où il va, mais qui y va quand même. Mes humeurs, mon travail en cours, mais également des informations sur la technique et le processus créatif.

Nonirisme

Narcisse Steiner
Depuis quelques temps, je me plains, de par mon silence radio notamment, de mon manque d'inspiration, plus que de motivation.
Ce soir, en me laissant prendre au piège par Wikipédia (on cherche une info sur la cuisine du sud-ouest et on finit sur la cosmogonie aborigène...), l'ombre de ce qui pourrait être la cause de ces "creux de vagues" s'est profilée dans la lumière blafarde de mon écran. D'ailleurs, pour faire dans ce genre de lyrisme adolescent, c'est le fond de l'océan que je suis en train de râcler.
Bref, je parcourais d'un oeil semi-intéressé (l'autre moitié de mon esprit étant occupée par l'heure galopante et la perspective de me lever demain comme un bon salary-man) l'article sur, devinez quoi, je vous le donne en cent, je vous le donne en mille, la cosmogonie aborigène. Ca c'est de la transiton, hein?

La mythologie des aborigènes australien a donc retenu mon attention, particulièrement en ce qui concerne la création de l'univers, appellé chez eux Tjukurpa, c'est à dire le Temps du Rêve. Une période de pure spiritualité, en résumé, exempte de toute forme matérielle. Révélation.

Que dire du rêve, sinon qu'il est à la base, sinon l'essence même de toute spiritualté, de toute imagination? Scientifiquement parlant, le rêve n'est aue le fruit d'une complexe alchimie neuronale pendant notre sommeil, mais encore? On parle du rêve comme étant la muse éternelle, la source de notre créativité, un élément sans lequel l'Homme ne serait qu'un animal, puisque qu'il le pousse à la réaliser. Le rêve, source intarissable?

C'est avec une érectile envie que j'évoque le rêve. C'est avec tristesse et un brin de jalousie que j'écoute les autres parler des leurs. Qu'on s'entende bien, je ne parle pas du rêve bateau, au sens allégorique, non, je parle bien de voyage nocturnes dans nos mondes oniriques.

Je ne rêve pas, ou peu. Et quand c'est le cas, mes rêves sont d'une telle banalité que j'ose à peine m'en souvenir. Mes nuits ne sont guère que le théâtre d'un sommeil plat, léger, à peine réparateur, et non la débauche de couleur, de plaisir, de bonheur, ni même de cauchemars dantesques ou de situations mortelles. Rien, rien.
Pourquoi je ne rêve pas de monstres chitineux en talons aiguilles ou de grenouilles en costards, de maison en papier toilette, de poupées vaudou faisant la fête dans une boite à lettres?

Pourquoi je ne rêve pas ou, devrais-dire, pourquoi je ne m'en souviens jamais?
J'aimerais, au plus bas d'une crise de néant créatif, pouvoir me dire qu'une bonne nuit gorgée de rêves ou de cauchemars explosifs pourrait me faire retrouver le putain de fil qui dépasse d'une bobine qu'on crève d'envie de dévider.

Putain, je ne suis pas difficile pourtant, je suis même (et srtout) prenneur de cauchemars traumatisants, de ceux qui nous laisse les yeux rouges et un goût de cendre sur la langue...

Est-ce parce que, comme je le suppose sans grande conviction, je rêve éveillé? Mon monde onirique, je l'ai construit de toutes pièces, de manière consciente. Mes univers, je les bâtis sur du concret, sur des influences, sur des visions matérielles, autrement dit sur quelque chose qui tient plus de la logique froide que de l'inspiration soudaine et extatique.

Et si je me met à prendre le recul que devrait savoir prendre tout artiste ou "créatif", le constat n'est pas des plus glorieux: pas de transe chamanique, pas d'illumination soudaine et grandiose, non, juste des idées bancales, scotchées entres elles par une pelure d'imagination.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

stoni 22/02/2010 11:33


Ah je suis content d'être responsable de tes nouveaux articles !! Je reviens lire ça as soon as I can !!!


stoni 20/02/2010 16:52


Mais qu'est-ce tu fous, bordel ? J'ai peur que tu sois mort.


Narcisse Steiner 21/02/2010 00:25


Nein mein kamarad, je suis juste dans une crise de flemme aiguë couplée à une période que j'appelle "creux de vague"... Tu vois, le soucis c'est que sur ces période de creux, je pourrais en faire
des tartines, comme j'en ai fait à moult reprises sur 4 ou 5 articles.... mais voilà, j'essaie de tenir une certaine "qualité" sur ce blog, et franchement, plutôt que de me conformer à cet esprit
typiquement bloggique de dire "j'ai rien à dire mais je le dis quand même", je préfère m'en abstenir et attendre des jours meilleurs.
Ne t'en fait pas Stoni, je suis bel et bien vivant, je pense juste que je subis les effets pervers du labeurs, même si le travail ne me tue pas, il ne me rend ne plus fort ni plus libre; il me
donne juste un prétexte confortable à la procrastination.
En tout cas cas je te remercie de ta prise de nouvelle, et sache que je suis encore tes écris avec le plus grand plaisir. J'aimerais sincèrement avoir ta verve régulière, même si je ne doute pas
qu'elle te demande un minimum d'effort au (quasi) quotidien.

Au fait, c'est quand qu'on se vide une coupe ensemble?


stoni 21/12/2009 11:44


Ah oui cette nuit j'ai rêvé que je couchais avec un éditeur de ma connaissance.

Un mec de cinquante ans, gros, moche et tout.

Le pire c'est que j'en redemandais.


Et dans mon reve, j'avais un ami qui était au courant de cette liaison sexuelle et qui me disait : "tu vois finalement tu dois coucher pour réussir".
et moi je répondais que ça n'avait rien à voir.


quelle horreur. paie le désir refoulé.

vous voyez il vaut mieux parfois ne pas faire de reve.


Maidy 19/12/2009 12:14


MDR :)


stoni 18/12/2009 15:53


Ouais ben George Lucas il dormait un peu mieux quand il a écrit les épisodes 1, 2 et 3 de Starwars.

Maintenant je t'en parle même pas comment il dort bien.

Surtout dans les années 90, quand il a décidé de définitivement mutiler, violer, gangbanger et fistfucker les épisodes 4, 5 et 6, là il dormait bien à fond du ballon.
On dit même qu'il pensait non seulement au fistfucking, mais aussi à les sodomiser avec un bocal (cf. les préoccupations youtubesques de notre ami Narcisse S.).
Le gars il dormait comme un bébé (et comme un bébé ça veut dire comme une petite crapule réac, tel qu'on l'aura lu sur mon modeste blog).
le matin il se réveillait et il disait :
- oh putain, j'ai bien dormi moi ! j'ai pas trop d'idées en ce moment ! c'est dommage, j'aurais besoin de fric !!

et son producteur était à son côté, le matin au réveil, puisqu'il passait son temps à sucer George Lucas (normal pour un producteur !).
- Ben mon petit Georgie, c'est vrai qui faut payer la villa, tes 4 résidences secondaires, les frais de tes divorces, tes pensions alimentaires, etc... t'es sur que t'as pas d'idées ???
- Ben non et ça me fait bien chier !!!
là-dessus George il pond un joli colombin pour montrer à quel point ça le fait chier. en plein milieu de la chambre.
- ah ah ah ! s'est marré le producteur. comme c'est impertinent et rebelle !
- t'as vu !
- non sérieux georgie, trouve quelque chose, quoi !
- j'ai eu qu'une bonne idée une fois dans ma vie, c'était les épisodes 4 , 5 et 6 !
- et si on les refaisait ?
consternation de georgie.
- quooooi ?
- ouais si on les refaisait ? pas un remake, hein, c'est trop long et trop cher. mais si on rajoutait des scènes complètement connes, et des incrustations de personnages super lourdingues ? en 3D
moche super mal faite et tout !
- mais c'est une idée, mon chéri de producteur !
- et oui j'ai pas très bien dormi cette nuit, tu comprends !
- oh oh oh ! je prévois une scène géniale où Ian Solo serait réuni avec Jaba ! Ah oui et puis comme quand on a filmé cette scène (et qu'on l'a coupée au montage pour de très bonnes raisons) le mec
qui jouait Jaba c'était un être humain sans déguisement, on le remplacerait par une incrustation 3D moche de JAba limance !
- Génial Goerge !
- Oui mais Jabba il a une queue, ça marche pas ! parce que ian solo il tourne autour de l'acteur, tu vois. si on incrustait jaba limace en 3D moche, ça voudrait dire que Ian Solo il lui marche sur
la queue, ça marcherait pas !
- mais si, parce qu'on fera un effet spécial hyper mal fait : on remontera l'image de Ian Solo comme s'il avait effectivement marché sur la queue de jaba, et jaba il poussera un cri de jouissance
au cas où on comprendrait pas !!!
- on parle de sa queue de limace, pas de son organe sexuel, producteur !
- ah ah ah !
- hi hi hi ! quelle bonne grosse idée de merde, on va le faire !
- trop bien de prendre les gens pour des cons !
- ouais mec ! ça le fait !!!

voilà toute l'histoire véridique mes amis.