Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Carnets de Steiner Le blog d'un artiste peintre qui ne sait pas où il va, mais qui y va quand même. Mes humeurs, mon travail en cours, mais également des informations sur la technique et le processus créatif.

Fiche de lecture: La Horde du Contrevent

Narcisse Steiner
Alors là, je dois bien avouer que j'ai longtemps hésité avant de me lancer dans la rédaction de cette chronique.
En un mot comme en cent, ce livre est ma plus grosse claque littéraire depuis un bon moment. Voyons, la Horde du Contrevent pourrait-il être ce que j'ai lu de meilleur associé à la fantasy? C'est possible, si cet ouvrage ne rompait pas autant avec les codes de la fantasy conventionnelle (j'entend par là le cocktail classique elfe/orc/paysan au destin héroïque).
Parce que Damasio, exigeant sur son écriture au point de n'avoir publié que deux romans, nous a pondu ici ce qui a été qualifié de livre-univers.
En près de 800 pages, l'auteur parvient à faire exister un monde qui n'est pas tout à fait le notre en utilisant tout les outils qu'un écrivain a à sa disposition. Car avant d'ëtre une histoire, la Horde du Contrevent est un concept: au fil des pages, on remarque rapidement nombres d'éléments originaux: Damasio a choisi de numéroter ses pages à rebours, ce qui intrigue d'emblée. Chaque chapitre est subdiviser en paragraphes portant un symbole typographique représentatif du personnage qui s'exprime.

Nous voilà donc plongé au coeur d'un monde qui se résume à une longue bande de terre balayés par les vents, parcouru par la la 34ème Horde. Qu'est-ce qu'une Horde? C'est un groupe de 23 personnes, éduquées depuis leurs enfance à une fonction bien précise: aéromaître, ailier, crocs, artisan du bois ou du feu et j'en passe, destinés à marcher vers l'est dans le but de trouver l'origine du vent.

Car ne nous y trompons pas: le personnage principal du roman est bel et bien le vent, aux formes et noms variés (neuf au total), comme si l'univers entier tournait autour de lui. D'ailleurs, le vent est représenté graphiquement selon une ingénieuse utilisation de la ponctuation.

C'est à travers le point de vue de ces 23 hordiers que se trace le périple: Sov le scribe, doux et réfléchi, le fulmineux Golgoth, chef de la Horde au language fleuri, Oroshi l'aéromaître qui poétise littéralement sa science en seront les trois personnages les plus présents.

C'est là qu'on se rend compte du génie de Damasio: un style varié, propre à chaque personnage, un vocabulaire riche et fouillé, gorgé de néologismes qu'on a vite fait d'assimiler et plus généralement, une maîtrise de la langue à couper le souffle. A ce sujet, la joute verbale opposant Caracole le troubadour à Sélème est un véritable tour de force littéraire.

Autre point qui renforce l'idée du livre-univers: un CD, sorte de bande originale du livre, permet à l'histoire d'acquérir une dimension auditive. Très franchement, la qualité musicale de cette BO me serait un peu passée au dessus de la tête si elle n'était pas directement liée au livre que j'ai terminé à regret. Justement, elle permet de prolonger sa lecture le temps d'une écoute. Sans être capitale, cette idée méritait d'être retenue. Attention cependant, le CD n'est pas compris dans la version poche.

Qu'ajouter sans pour autant trop en dire?
Le seul repproche que je ferais au livre serait certains passage très denses, pendant lequel l'auteur developpe certains concepts utilisés dans le livre, et, disons le tout net, c'est parfois un peu indigeste. Je ne doute pas qu'une seconde lecture du livre les rendra moins abscons.  

Voilà, je vous recommande vivement (très vivement même) la lecture de ce bouquin, et pas seulement aux accros de la fantasy et de la SF, mais à tout ceux qui ont envie de dévorer un livre qui, pour une fois, sort réellement du lot, à tout points de vue.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Noon 22/10/2009 20:32


Il est vrai que la BO se laisse écouter, surtout quand on a fini le livre.
En revanche, j'ai lu tout le bouquin sur fond de QNTAL 3, qui correspond parfaitement à mon ressenti par rapport au livre.